Haïti – Message de Madame Michèle Alliot-Marie, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et Européennes

« Un an après la tragédie du 12 janvier 2010 qui a endeuillé Haïti, je souhaite au nom du gouvernement français adresser à la nation haïtienne un message d’amitié, de sympathie et de solidarité.

Le peuple haïtien a traversé l’une des pires épreuves de son histoire. Il a fait face avec courage et abnégation. En ce jour de deuil national, nous souhaitons lui dire : votre détermination force l’admiration et le respect. La France se tient résolument et durablement à vos côtés dans cette épreuve.

Ce fut pour la France l’une des plus importantes interventions humanitaires de ces dernières années : un pont aérien de plus de deux mois ; un hôpital de campagne, un navire-hôpital également détaché pour soigner les blessés ; un millier de personnels de sécurité civile, de santé, du génie au service des populations.

Les engagements pris par le président de la République française, lors de sa visite le 17 février 2010, ont été tenus.

La dette haïtienne a été annulée. Les appuis budgétaires ont été effectués. Les matériels de sécurité civile ont été livrés.

La jeunesse française a également participé avec les jeunes volontaires du Service militaire adapté et du Service civique, venus de Martinique, de Guadeloupe et de métropole. Avec leur aide, des dizaines d’écoles, d’orphelinats, de centres de santé ont pu être restaurés.

Grâce au soutien français, le principal hôpital de Port-au-Prince a pu continuer à accueillir des malades. Sa reconstruction va être assurée par un partenariat franco-américain avec le ministère de la Santé haïtien.

Deux quartiers populaires de Port-au-Prince sont en cours de réhabilitation.

Pour préparer l’avenir, près de 500 étudiants haïtiens, futurs magistrats ou fonctionnaires ont été accueillis dans nos établissements.

Nos entreprises se mobilisent et contribuent à la relance de l’activité économique, sans laquelle il ne peut y avoir de perspectives de développement et de progrès.

Toute cette action de reconstruction s’inscrit dans la durée et la coordination des efforts. La France continuera d’y jouer son rôle, aux côtés des autres pays donateurs et des organisations internationales, dans le cadre des orientations définies par les Haïtiens eux-mêmes et leurs autorités.

La France aura engagé au total en deux ans, en 2010 et en 2011, 326 millions d’euros pour la reconstruction d’Haïti, ce qui représente un effort sans précédent.

Je forme le vœu que 2011 soit l’année du renouveau, de l’espoir et de la reconstruction. »

Au cours du point de presse du 11 janvier 2011, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et européennes avait par ailleurs rappelé les faits suivants :

HAITI / AIDE DE LA FRANCE

« La solidarité de la France auprès des Haïtiens au cours de cette triste année écoulée a été totale, permanente et constante.

Les engagements pris par la France et tout particulièrement par le président de la République lorsqu’il s’était rendu à Port-au-Prince le 19 février dernier, tous ses engagements ont été tenus et continueront de l’être.

Naturellement, lorsque l’on parle de contribution à la reconstruction durable d’Haïti, cela veut dire également de notre part, une solidarité et un engagement durables.

Nous avons essayé de travailler non seulement de manière solidaire mais également de manière cohérente et collective. Nous l’avons fait avec nos collègues de la communauté internationale en particulier avec les Nations unies mais aussi avec les pays membres du Groupe des amis d’Haïti de manière à ce que cette mobilisation de l’aide internationale ne soit pas gérée ou conduite dans le désordre mais au contraire de manière coordonnée et efficace.

En cohérence et de manière collective également avec les Haïtiens. Ce n’est pas toujours facile parce qu’ils ont été, dans leurs structure administrative, dans la structure de leurs pouvoirs publics, terriblement frappés par le tremblement de terre, mais nous avons toujours veillé à travailler en cohérence avec les responsables haïtiens.

Permettez-moi maintenant de revenir de façon plus précise sur le détail de l’aide de la France :

Après le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, le président de la République a annoncé le 17 février un effort budgétaire de 326 millions d’euros sur deux ans. Hors la part communautaire, cet effort se ramène à 261 millions d’euros.

A ce jour, plus de la moitié, soit 133,48 millions d’euros, est déjà réalisée :

- 23,69 millions d’euros au titre de l’aide humanitaire lors de la phase d’urgence,

- 0,8 millions d’euros d’aide humanitaire liée à l’épidémie de choléra,

- 57,5 millions d’euros d’annulation de dettes,

- 20 millions d’euros d’aide budgétaire (dont 5 millions d’euros versés au Fonds pour la reconstruction d’Haïti),

- 3,4 millions d’euros d’aide alimentaire,

- 15 millions d’euros d’aide en nature (une centaine de véhicules pour la protection civile),

- 13,09 millions d’euros d’aide projet.

En outre, 19,45 millions d’euros sont déjà engagés dans le cadre des projets en cours pour la réhabilitation de l’hôpital universitaire d’Etat de Port-au-Prince (en collaboration avec les Etats-Unis), l’aménagement urbain de quartiers et l’enseignement supérieur à distance. La mise en œuvre de ces projets importants se déroulera sur plusieurs années.

L’aide de la France à la reconstruction se concentre sur quelques grands secteurs : rétablissement des capacités de l’Etat haïtien et des administrations, santé, aide aux populations et éducation.

Un effort particulier a été fait en matière de formation dans de nombreux domaines. Citons l’accueil de 450 étudiants haïtiens dans les universités françaises, la formation de 600 policiers et 300 pompiers, l’accueil d’élèves fonctionnaires haïtiens dans nos établissements de formation (28 magistrats à l’Ecole nationale de la Magistrature et trois élèves haïtiens à l’Ecole nationale du Cadastre soit le cinquième de la promotion annuelle). »

Source : Bernard Valéro, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et européennes, Paris, 11 janvier 2011.

Dernière modification : 09/11/2017

Haut de page