Attentats - Minute de silence observée à l’OEA

Le mardi 14 janvier s’est tenu à l’Organisation des états américains (OEA) un Conseil permanent spécial à l’occasion de la visite de M. Duly Brutus, Ministre des affaires étrangères de la République d’Haïti.

Au cours du Conseil, les représentants de l’OEA ainsi que les ambassadeurs des Etats membres et des Etats observateurs de l’Organisation, ont observé une minute de silence en hommage aux victimes des attentats qui se sont produits en France la semaine dernière.

JPEG

JPEG

JPEG

A la suite de la tenue du Conseil, l’ambassadeur, représentant permanent de la France auprès de l’OEA, M. Jean-Claude Nolla, est intervenu pour remercier l’Organisation pour cet hommage et a demandé d’observer une minute de silence en mémoire des 250 000 morts et des centaines de milliers de blessés haïtiens, victimes du séisme de 2010.


Message de remerciement de l’ambassadeur, observateur permanent auprès de l’OEA à la suite de la minute de silence respecté par le conseil permanent de l’Organisation
Washington 14 janvier 2015

Madame la Présidente,
Merci de me passer la parole, à l’occasion de cette session spéciale du Conseil permanent sur Haïti, j’évoquerai deux points l’un concernant mon pays et l’autre un pays ami, Haïti,
Madame la Présidente,
Monsieur le Ministre,
Monsieur le secrétaire général,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs représentants permanents,
Chers collègues,

Vous savez tous ce qui s’est passé à Paris, il y a quelques jours : des attentats meurtriers, une tuerie barbare qui a visé le magazine « Charlie Hebdo », puis un supermarché juif.

Vous venez, Madame la Présidente, d’organiser une minute de silence à la mémoire des victimes de ces attentats, vous tous, immédiatement après ces événements, m’avez fait part de votre condamnation sans réserve de ces actes terroristes et avez affirmé votre solidarité avec le peuple français, avec les victimes et leurs proches.

Je vous en remercie. Je vous en remercie solennellement.

Vous êtes tous des proches ! Quand la liberté est menacée, nous sommes tous des proches. Et c’est la liberté qui était visée, comme vous l’avez dit : la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté de conviction ! Libertés sans lesquelles il n’y a pas de société démocratique.

Encore une fois je voudrais vous remercier tous et toutes, tous et chacun, à commencer par le secrétaire général, tous vous avez souligné que quand la France était touchée c’était aussi la République, la République que nous avons en commun qui était touchée, La République et ses valeurs.

Permettez-moi de saluer l’expression de votre solidarité et votre détermination : il y a des moments où il faut être à la hauteur de l’Histoire : vive la République !

Sur Haïti, je voudrais rappeler, et merci Monsieur le ministre de vos condoléances fraternelles, que cinq ans après le séisme du 12 janvier 2010, nous n’oublions pas les victimes et nous assurons leurs proches de notre solidarité.

Dans cette tragédie, le peuple haïtien a fait preuve d’une dignité qui a impressionné le monde entier.

Je propose que nous respections une minute de silence à la mémoire des victimes et en solidarité avec Haïti.
Merci de votre attention ./.

Dernière modification : 15/01/2015

Haut de page