Intervention de l’Ambassadeur sur la peine de mort lors du Conseil permanent de l’OEA

A l’occasion de la 12ème journée internationale contre la peine de mort, l’Ambassadeur, Observateur permanent de la France auprès de l’OEA, M. Jean-Claude Nolla, est intervenu, lors du Conseil permanent de l’OEA, pour présenter deux initiatives françaises sur ce thème, prises en collaboration avec l’OEA, dont l’une aura lieu au Costa Rica du 9 au 11 octobre, et l’autre, à Washington, le 14 octobre prochain.

JPEG

Madame la présidente,

Merci et permettez-moi d’être un peu en avance.
Dans deux jours, le 10 octobre, nous marquerons la journée internationale pour l’abolition de la peine de mort.

Je souhaite pour l’occasion saluer de manière spéciale et attirer votre attention sur deux initiatives qui sont portées par l’OEA et par la France.

Il s’agit d’abord de la conférence internationale sur le thème de « l’abolition de la peine de mort » organisée à San José au Costa Rica du 9 au 11 octobre par la Cour interaméricaine des droits de l’homme, l’Institut international des droits de l’homme et la Mission française auprès du conseil de l’Europe. C’est une coproduction San José-Strasbourg.

Ici, à Washington, l’OEA, avec l’appui de cette Mission, consacrera sa 56eme chaire des Amériques à l’abolition de la peine de mort. Le rendez-vous aura lieu dans le Salon des Amériques, mardi 14 octobre à 15h00.

Dans les deux cas, c’est Jean-Paul Costa, Président de l’Institut international des droits de l’homme et ancien président de la Cour européenne des droits de l’homme, qui nous fera bénéficier de ses réflexions sur l’abolition de la peine de mort.

Avant de vous accueillir, nombreux, à ces événements, je voudrais revenir sur une évolution très importante sur la peine de mort. Il s’agit de la résolution adoptée le 26 juin de cette année par le conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

En effet pour la première fois un texte adopté par les Nations Unies « déplore vivement le fait que l’application de la peine de mort conduit à des violations des droits de l’homme. »

Il s’agit là d’une avancée tout à fait décisive. Nous y reviendrons pour en débattre.

Merci à tous de votre attention

Dernière modification : 09/10/2014

Haut de page